La lutte dans la classification du site roumain Rosia Montana

Faut-il indiquer  plus en profondeur que Rosia Montana représente un paysage culturel qui n’a pas peur de se mesurer aux paysages naturels mondiaux riches et spectaculaires ?

rosia-montana.jpg

Cette situation n’est pas tout à faite naturelle, car des interventions humaines à la recherche des richesses ont changé l’aspect de l’environnement physique de Rosia Montana.

Quelle est la nature du site de Rosia Montana ?

A rappeler que Rosia Montana est une zone minière localisée dans les Monts Apuseni, dans la partie nord-ouest du judet d’Alba, dans le Territoire de Transylvanie en Roumanie. La rivière Rosia  est la principale source d’eau qui fait vivre ce territoire qu’est entouré de collines boisées. Son altitude d’environ 800 mètres abrite le centre ville âgé de plus de 300 ans.

zone-miniere.jpg

Depuis toujours, le site est exploité pour extraire l’or qu’il renferme. Les habitants de Rosia Montana,  a commencé la lutte contre cette exploitation abusive depuis 1997.  Selon les estimations, le site renferme encore plus de 300.000 kilogrammes d’or et plus 1,6 millions kilo d’argent outre les quelques 250 millions de tonnes de stériles de cyanuration qui découlent de l’exploitation.

Pourquoi les roumains demandent-ils à l’Unesco de classer le site ?

Les roumains ont effectivement demandé à l’Unesco de classer le site de Rosia Montana au patrimoine de l’humanité. A noter que  depuis plusieurs années, des ONG’s en collaboration avec l’Académie roumaine et assistées par l’ICOMOS de l’Unesco ont déployés des efforts pour convaincre les gouvernements successifs  de se pencher sur le classement de Rosia Montana, mais aucun responsable n’a pas prêté attention.  Les roumains veulent à tout prix la classification car une société canadienne a insisté depuis 15 ans d’y ouvrir une mine d’or à ciel ouvert, avec un projet d’extraire plus de 300 tonnes d’or à l’aide du cyanure.

Les roumains demandent à l’Unesco de classer le site car ils pensent que Rosia Montana remplit déjà 5 critères pour être classé dans la catégorie de « paysage culturel ». Aussi,  l’objectif est  de lutter contre les risques de pollution et de destruction totale du site.   L’annonce du ministère roumain de la Culture  que Rosia Montana  représente un « monument historique d’intérêt national » semble insuffisant pour atteindre l’objectif environnemental et culturel.

Author: Marie

Share This Post On